Joy Spreader, communicateur de bonne humeur.

Une stratégie webmarketing est essentielle, mais elle ne doit pas faire oublier un business model fiable sur le long terme.

Besoin de conseils marketing sur votre stratégie ?

Selon les actions demandés, je peux vous aidez améliorer vos stratégies marketing et avoir ainsi un ROI performant.

Le projet Joy Spreader

Dans le cadre d’un projet nommé “Open Innovation Numérique”, j’ai dû avec mon groupe, créer une start-up répondant à une problématique actuelle et définir sa rentabilité ainsi que les différentes actions pour se faire connaître.

Nous avons donc créer Joy Spreader. Joy Spreader est un media spécialisé dans la diffusion de bonnes nouvelles afin de redonner de la positivité au monde qui nous entoure.

 

Les spécificités et la rentabilité

Pour créer le diffuseur de bonne humeur qu’est Joy Spreader, nous avons bien évidemment étudier le marché et ses concurrents mais nous avons aussi dressé la liste des spécificités de la start-up. 

La 1ère est bien évidemment de ne propager que des nouvelles 100% positives pour véhiculer le bonheur. La 2ème est de rapprocher les jeunes avec le journalisme en proposant nos contenus sur un site web bien évidemment, mais suroit via de la vidéo au format smartphone, donc bref et dynamique. Un peu à la manière de BRUT. Enfin, la 3ème est bien évidemment que la société est 100% française. 

Au niveau de la rentabilité, nous avons décidés de s’appuyer sur 5 paramètres différents. 

  • De la publcité sur le site
  • Un modèle freemium avec un abonnement proposé et un nombre limité d’article gratuit.
  • Un projet Kickstarter pour emmagasiner des dons pour se lancer et lancer de grande actions
  • Une boutiques de goodies et de vêtements 
  • Un bouton rejoindre sur la chaîne YouTube après les 100 000 abonnées 

Un marché actif

Grâce à Google Trends, nous avons pus déterminer que c’est un marché relativement recherché ces dernières années. Nous avons donc décidé de compléter cel via une étude sémantique.

Nous avons aussi regarder le marché via de nombreuses études. Aujourd’hui, 3 personnes sur 4 estiment que les infos positives ont un impact sur le moral, la confiance et l’avenir. Seulement 3mn de nouvelles négatives donnent 27% de chances de passer une mauvaise journée. Les mauvaises nouvelles rendent anxieux et tristes. Les réseaux sociaux et la télévision sont responsables de l’accroissement de la dépression. 64% de la population pensent que les médias nationaux communiquent trop de négativité. Enfin, 83% souhaitent plus de positivité dans les informations.

La réalisation du concept

Pour appuyer notre théorie de positivité des médias et donc Joy spreader, nous avons fait le choix de réaliser différents personaes (comme celui ci-contre). 

La réalisation d’une maquette de HomePage et de d’article a aussi été fait. 

Enfin, pour adapater le site aux différents prospects et clients, nous avons fait le choix de faire de l’A/B testing afin de savoir quel format est le plus performant pour nous et celui qui converti le mieux. Pour cela, nous avons déterminer quelques choix :

  • Changements du nom des CTAs
  • Changement des couleurs des CTAs
  • L’ajout d’un carrousel avec les articles
  • La mise ne place de plus d’appel à la bonne humeur et à la convivialité sur le site et dans les articles (dont les emojis étant donné la cible)
  • Changement du nom des catégories de l’architecture. 

Enfin, pour continuer à accompagner nos utilisateurs, nous allons mettre ne place une extension de navigateur permettant de savoir, grâce à un pourcentage, le taux d’informations positives que nous avons lus dans la journée et donc éliminer les sites aux nouvelles négatives dans notre quotidien.

Nos canaux de communication

Afin de faire connaître Joy Spreader, nous avons fait le choix de promouvoir la société via différents types de canaux, qu’ils soient digitaux ou alors non-digitaux.

Le jeu du SEA et du SEO

La carte du SEA :

Nous allons utiliser Google Ads, afin de nous placer devant nos concurrents lorsque les clients/prospects tape une requête correspondant à nos mots-clés. Les annonces seront agrémenter d’extensions comme les extensions d’accroches et les extensions de liens annexes.

 

La carte du SEO :

Pour assurer un trafic décent sur notre site internet, nous avons décidé de travailler le SEO. Pour cela nous avons détermniner certains axes de travail tels que les mots-clés, le fil d’ariane, les backlinks, les CTAs, les micro-données, les ancres de liens, une longueur de contenu décent, des attributs ALT remplis, un bon nom de domaine (joy-spreader.com), un sitelink, un bon balisage Hn et une bonne version mobile. Bien évidemment nous avons aussi dû déterminer le coût mensuel et annuel du serveur et du nom de domaine.

Les réseaux sociaux et l'emailing

Dans le domaine du digital nous allons utiliser les réseaux sociaux pour diffuser nos nouvelles tels que Twitter, Instagram (via le format IGTV), Facebook en encore TikTok, et notamment les Facebook Ads via du retargeting, avec le Facebook Pixel sur le site, lorsque d’un client n’a pas fini de lire un article ou ne c’est pas abonnée.

Une stratégie d’emailing sera aussi mis en place car ‘est un facteur de communication peu élevé, et s’il est bien réalisé peut apporter un taux de conversion important. Cela permet aussi d’entretenir la relation avec le client en lui proposant une newsletter pour le tenir au courant des derniers articles et vidéos. Pour obtenir les adresses mails afin de constituer la base de données, nous allons les récolter via les inscriptions à la newsletter et via les téléchargement des livres blancs sur les landing pages. Nous avons dû aussi estimer le coût de Mailchimp pour envoyer nos emails.

Parler à Joy Spreader

Pour coller à notre cible et à l’évolution du marché, nous avons décidé d’utilisé les assistants vocaux. Par exemple, avec Google Assistant, nous pourrons lui demandé “Ok Google, donne moi une bonne nouvelle” et il nous sortirait un article de Joy Spreader. 

Livre blanc et partenaires

Enfin, nous allons aussi mettre à la disposition des clients et leads, des livres bancs sur des sujets B2C. Un des livres pourra s’appeler “Top 10 des bonnes nouvelles de l’année qui ont changé le monde.” Pour savoir si cette action sera concluante, nous allons faire de l’A/B testing sur la landing page et sur le titre du livre afin de proposer la version la plus performante possible. L’avantage c’est que nous allons pouvoir récolter des adresses mails facilement et que le coût d’un livre blanc est quasi nul.

Pour accroître notre notoriété au niveau local, nous allons faire appel à des partenaires à grande notoriété dans l’actualité urbaine. Pour cela, nous avons choisi Le Bonbon ou encore BigCityLife Nantes.

Notre présence physique

Au niveau des canaux de communication non-digitaux, nous avons fait le choix de 4 moyens différents. 

Pour accroitre l’effet de communauté, nous seront présents sur certains salons avec un stand (d’où nous avons déterminer les fonds nécessaire à cette action), mais aussi un test avant le lancement sur 100 personnes pour évaluer les premiers retours et faire les corrections avant le lancement officiel. Nous allons aussi jouer sur des ambassadeurs bénévoles présents dans notre communauté que nous utiliserons à des fins commerciales, enfin nous produiront des goodies et des vêtements pour améliorer la notoriété dans la rue mais aussi créer un effet d’appartenance. Un budget de création à lui aussi été établi.